Out!

Publié le par Général de Richoufftz

 

Ainsi les rêves les plus fous se sont transformés en cauchemar ; comment aurait-il pu en être autrement ?


Notre pays a été incapable de se hisser ne serait-ce qu’en huitième de finale lors de rencontres calamiteuses en Afrique du Sud au cours desquelles l’équipe de France de football a été laminée en deux temps trois mouvements. Au-delà des raisons techniques  de cet échec retentissant que les exégètes de tous poils ne manqueront pas d’analyser dans le détail, il y a des motifs profonds qui sont la cause première, me semble-t-il , de cette capitulation sans condition.


Dès lors que cette équipe a renié totalement l’éthique sportive qui aurait du la porter, à rejeté toute forme de dépassement de soi comme exemple, a fait fi de l’héritage patiemment construit d’idéal  partagé et à faire partager, et qui semble n’avoir que le « fric » comme objectif exclusif, comment , dans ces conditions ne pas aller dans le mur et faire rêver la France? Où se cachent désormais les valeurs sportives chères à Pierre de Coubertin ?


Nous assistons, médusés, à des empoignades violentes de gosses enrichis trop rapidement, à des règlements de compte pitoyables, à des luttes intestines étalées sur la place publique, à des comportements indignes de joueurs d’une grande équipe et d’une grande nation, à des débordements d’égos, à des joutes  d’incapables fuyant  leurs responsabilités et donnant le sentiment que le « s’accrocher à tous prix » reste la seule fin possible.


Les sifflets de la Marseillaise lors des rencontres nationales - triste marque du ballon rond à qui personne d’ailleurs n’a jugé bon mettre un terme - , les bagarres systématiques à la sortie des stades - érigées en rituel de la « 3e mi-temps » et devenues lieu commun -, les injures et menaces proférées contre les arbitres, les contestations incessantes et des tricheries à répétition au vu et au su de tous, le refus systématique des joueurs de cette équipe de chanter notre hymne national, marque d’appartenance - sans que les autorités s’en offusquent le moins du monde, ministre en tête -, les éclaboussures lors d’« affaires » non encore élucidées ont été les signes avant-coureurs de cette voyoucratie qui a pris le pouvoir.


Ainsi notre football national a perdu son âme et ses joueurs, leur honneur qui était un peu le nôtre, du moins pouvait-on le penser…  C’est aussi la spirale de notre lâcheté collective où Fédération, joueurs, annonceurs, ministères de tutelle, entraîneurs, médias , « business », parieurs, clubs, etc. en croquent : je veux dire le « fric »...


Il ne suffira pas de « changer les têtes » pour renouer avec le mythe ; incontestablement ce serait le plus aisé. Il faut renouer avec l’esprit et la fierté nationale: çà c’est autrement difficile! A défaut ce sera la fin du rêve…



Publié dans Coups de gueule...

Commenter cet article

Ariane-Gabrielle, Isère 14/04/2011 01:22



En ce 13 avril... légèrement dépassé, une pensée sympa pour vous, Général : BON ANNIVERSAIRE ! Bien entouré aujourd'hui, j'espère.


J'aurais des sujets à proposer en débat, reposant sur du vécu social et pas forcément d'une importance mondiale... Mais le silence prolongé sur ce blog depuis de longs mois m'interroge sur un
éventuel souci chez vous, vous empêchant de relancer le dialogue interactif que vous aviez initié. Pouvez-vous nous rassurer, allez-vous bien ? Devons-nous continuer à réfléchir et débattre (sans
nous invectiver, de grâce), ou bien rester silencieux et discrets, nous, vos fidèles lecteurs et si possible scripteurs sur votre blog ?


Merci de toute réponse à destination collective, Général, et mes sincères salutations.


A r i a n e - G a b r i e l l e,  Isère



@timiloamexour 29/06/2010 10:38



Oui @NV, il est grand temps que nombre de français recouvrent la raison, joueurs de foot y compris. Qu'ils considérent autrement la réussite d'une vie par la simple acquisition d'une montre,
si belle soit-elle, heu...si chère soit-elle ! Que les rapports entre individus redeviennent sourire et non grimace, et le siècle, alors, pourra peut-être commencer dans la dignité...


 



NV 28/06/2010 16:00



Loin de moi l'idée de donner des lecons d'outre-Rhin, où je me trouve. En revanche, deux anecdotes à méditer peut-être:


La première concerne le meilleur joueur de l'équipe allemande, Müller, qui, interviewvé à la télévision à la sortie du match dit au journaliste (expressis verbis): "Excusez-moi, pourrais-je
d'abord faire un coucou à mon papi et à ma mamie s'il vous plait ?" La question a fait sourire tout le pays.


La seconde concerne un autre joueur, Bastian Schweinsteiger, qui, lorsqu'un journaliste l'interroge sur la récompense qui sera accordée à l'équipe allemande après la victoire contre l'Angleterre
répond (traduit mot pour mot): "Alors, d'abord ce soir c'est super chouette, on aura droit à un Schnitzel et de la pizza!"


Voilà ce à quoi les joueurs allemands pensent après le 4-1 contre l'Angleterre. Au delà du malaise sociétal, il est temps, en effet, que les enfants gâtés de l'équipe tricolore redescendent sur
terre...



Richard feeser 26/06/2010 17:54



Pas de routine en sport où il est avant tout question de gros muscles... et quand, en plus, on a pas de tête !


Les cadors de 98 avait fini par faire croire à leurs pâles successeurs qu'ils étaient voués à la victoire. Cette bonne claque à leur superbe fera du bien et remettra les pendules à l'heure. Bonne
chance au nouveau sélectionneur !


Et n'oublions pas que tout ceci est un jeu dont le bon peuple a besoin pour oublier sa misérable condition. Pas de moral là dedans, ni d'éthique, mais juste la recherche du frisson de la
victoire, et malheur aux perdants.



JMC 26/06/2010 09:24



Nous sommes, joueurs compris, dans un système où il faut du "pain et des jeux" pour le bon peuple et où les plus hautes autorités de l'Etat admire la réussite pécuniaire particulièrement
lorsqu'elle est le résultat d'arrangements entre "amis" dans la course à avoir une "Rolex" plus grosse que celle du voisin. Ne soyons pas étonnés des effets de cette logique.


Souvenons-nous que ces footballeurs sont des enfants de 14-15 ans pris en charge par des adultes pour en faire des champions et qui ne sont absolument pas éduqués, ni coachés en dehors de
l'objectif footballistique. Ils sont dans une bulle hors-sol comme nos élites d'aujourd'hui.


Le football n'est qu'un jeu, perverti par le refus d'objectivité des décisions par la vidéo et instrumentalisé par le pouvoir certes, mais il reste un jeu où il y a un perdant et un gagnant avec
des enjeux financiers importants. Demandez à Tapie, le tricheur ! Que les deux finalistes de la dernière coupe du monde n'aillent pas aux huitièmes de finale veut dire que les autres ont été
meilleurs car à ma connaissance aucun des adversaires de l'équipe de France n'a triché. Perdre n'est pas agréable mais "fair play" est intraduisible en français et en italien.


Quand verra-t-on des sponsors du foot financer des permis de conduire de jeunes pour pouvoir travailler ?


Quant à l'esprit et la fierté nationale, cela commence par le respect des uns et des autres, l'humilité, la solidarité et la ... sagesse. Et là, il y a du boulot !