Noël?

Publié le par Le général de Richoufftz

Alors que la période de fin d’année paraît  traditionnellement propice à ce temps de quiétude et de paix des consciences, je me pose la question de savoir si au cours de ces dernières semaines nous n’avons pas vécu dans une euphorie telle que nous en avons oublié l’essentiel.

Finis  les grands rendez vous médiatiques qui ont agité les zélotes de tout poil, terminées les prises de positions et les débats de société qui semblaient poindre leur nez, oubliées les questions qui fâchent et les rodomontades de politiques en mal de notoriété, laissés sur le bas côté les prises de position outrancières et les effets de manche, envolés les engagements démagogiques, abandonnées les promesse que demain « on rasera gratis », perdues les bonnes intentions ?  C’est Noël !

L’essentiel ? Un retour sur soi pendant quelques heures ou quelques jours, un peu de quiétude familiale, la joie d’être ensemble, le sentiment partagé que les vraies valeurs n’ont pas disparues, la conscience que la vraie Vie, celle qui nous a été donnée ou que nous avons choisie -pour le meilleur comme pour le pire- vaut la peine que l’on prenne ces quelques heures pour y penser, l’idée que l’Homme comme le citoyen n’est pas une marchandise, encore moins un produit virtuel à qui l’on ferait « gober » n’importe quoi. De quoi demain sera fait ?

Dans mon soulier que je pousserai comme tant de mes compatriotes au pied du sapin le 24 soir, je souhaiterai que tous ces Pères Noël dont j’ai cru déceler une hotte bien remplie -d’idées et de promesses- puissent m’apporter quelque chose de plus consistant : une France revigorée et réconciliée avec elle même et des Français enfin confiants en leur avenir !

Je sais que je demande beaucoup, trop sans doute lorsque j’observe le « microcosme » comme prenait plaisir à l’évoquer un de nos anciens Premier ministre. Mais enfin il nous faudra bien « prendre le taureau par les cornes » au risque de n’être qu‘une puissance rabougrie et éternellement vindicative dans le Concert des Nations. Nous méritons mieux que d’être ces « Franchouillards » raillés pour leur inconséquence et leur nombrilisme, devenus la risée d’un monde en mutation dans lequel, même des pays émergents ont su se restructurer afin d’affronter la tempête de la mondialisation. Je ne perçois ni cette prise de conscience, ni cette envie, ni cette volonté, ni ce courage…


Je crains que mon soulier reste bien vide.

Commenter cet article

Pierre Bayle 31/12/2006 10:13

Cher Emmanuel, content de ce retour en ligne. Quelques remarques quand même, pour garder les repères : Noël c'est moins le sapin et les cadeaux que l'on attend, que la crèche et les cadeaux que l'on apporte. Si la fête se dessèche dans le coeur des gens, des Français comme des autres, c'est qu'on a oublié qu'avant de recevoir, il faut savoir donner. Si Noël n'est pas l'épiphanie - OK, les rois mages c'est plus tard - j'y vois encore une fête de la générosité, celle que vous savez manifester vous-même quand vous vous consacrez aux jeunes des banlieues. La France ne sera meilleure que si elle est plus généreuse. Quand aux cornes du taureau, je me contente pour l'instant de regarder celles du boeuf, à côté de la vache : témoins immobiles mais précieux, dont on dit qu'ils ont pu offrir au nouveau-né la chaleur de leur souffle. Bethléem, c'est froid en hiver. Même aujourd'hui. Tous mes voeux pour une nouvelle année de combats généreux ! Pierre

dominique giraudet 27/12/2006 19:09

Bonjour Toréador,
Je ne trouve pas la comparaison entre corrida et politique trés créative. Certes l\\\'homme est souvent assailli de contradictions  intérieures mais cela  n\\\'a rien à voir avec la corrida, techniquement parlant la corrida n\\\'est pas dans un état d\\\'esprit démocratique et citoyen, pas égalitaire : les hommes à cheval,les picadors (je crois) sont chargés de détruire avec leurs pics la partie supérieure des muscles du cou , ce qui lui fait perdre presque 80 pour cent de sa force naturelle . Le toréador s\\\'acharne lui-aussi sur cette partie avec ses banderilles . De plus ,ce dernier s\\\'entraine quotidiennement,le taureau lui ne sait rien des ruses et de la cruauté humaine , il n\\\'a affronté que ses congénères dans les prés . Il n\\\'a pas choisi de combattre, et si il souffre trop et désire s\\\'enfuir ,il n\\\'a aucune porte de sortie. Tout cela est injuste et non démocratique .  
Pour moi , la vraie politique a commencé en 1789  et dans l\\\'esprit de la Commune, ces hommes et ces femmes ont donné leurs vies,leurs coeurs et leurs intelligences pour un monde plus humains et plus justes ,c\\\'est  grace à eux que nous pouvons écrire librement ,ici et maintenant sur ce forum mème .
Bien à vous,
Dominique Giraudet.
 

Toreador 26/12/2006 21:22

Je ne suis pas d'accord avec vous. L'homme est conflictuel, les idées sont conflictuelles. C'est un fait, mieux vaut s'en accommoder.. Mieux vaut une corrida, c'est à dire des règles, de l'honneur et un respect pour l'adversaire, qu'une bataille sans foi ni loi.
 
Toreador

dominique giraudet 26/12/2006 18:58

Hum ! ...Je déteste la corrida , tant que la politique ressemblera
à un duel tauromachique plutot qu \\\' à un échange paisible entre de vieux chefs indiens devisant paisiblement en fumant le calumet de la paix ,rien de bon ,probablement ne pourra en sortir ....

dominique giraudet 26/12/2006 18:57

Hum ! ...Je déteste la corrida , tant que la politique ressemblera
à un duel tauromachique plutot qu ' à un échange paisible entre de vieux chefs indiens devisant paisiblement en fumant le calumet de la paix ,rien de bon ,probablement ne pourra en sortir ....