Et maintenant?

Publié le par Le général de Richoufftz

Les clameurs se sont tues ou du moins paraissent l’être après des semaines de « battage » médiatique, de joutes oratoires et de déclarations, de jeux de rôles et de calculs, d’images et de sons, de bains de foule et d’approches « people », de générosité et de promesses. Finies (?) les poses appuyées, les regards calculés, les démarches assurées et les gestes amplifiés. Que restera-t-il de ces semaines, dans nos mémoires, au cours desquelles la « machinerie » a paru une fois encore s’emballer et le « microcosme » s’auto satisfaire du rythme imposé.

Sans jouer les Cassandre et sans rechercher à tirer une quelconque conclusion à cet ébrouement mediatico politique quelque peu intempestif, je crois que ces semaines auront tout de même apporté la preuve d’un besoin général d’expression – le propre d’une démocratie – et de la ténacité du personnel politique - son représentant - et ce, quel que soit son niveau de responsabilités. Mais ce « tandem » inaltérable par construction  parviendra-t-il, le moment venu, si ce n’est à nous convaincre, du moins à orienter notre réflexion sur un choix possible?

Si j’en juge par un des débats télévisés, la semaine dernière, avec la représentation de l’ensemble des courants politiques majeurs, rien n’est encore acquis. Le public, sans doute choisi et composé d’un « échantillon représentatif de la société » a toutefois pu, au cours de la soirée, poser quelques questions aux « challengers » présents sur le plateau de télévision.

Les « interviewers », bien que subissant la pression du direct furent sensés dans leurs propos, précis dans leurs demandes, pragmatiques dans leurs attentes, émouvants par leur situation et dignes dans leur attitude.
Deux France paraissaient se faire face: celle qui attend, vainement, des solutions pragmatiques à ses problèmes qui la mine, et celle sensée promouvoir les bonnes réponses. Incompréhension mutuelle, dialogue de sourds à tout le moins, face à face saisissant de la réalité sans fards et d’une virtualité convenue ; le pays réel ne se reconnaissait pas dans ses représentants d’un soir. Pays virtuel et point de non-retour ?

Sans aucun doute les prochains débats devront répondre aux attentes profondes de nos concitoyens - l’heure n’est plus aux atermoiements et faux-semblants comme aux promesses non tenues ou non tenables- et ainsi apporter la preuve que la politique reste le cœur de la démocratie. À défaut d’un langage de vérité et de décisions répondant aux attentes de la société et aux défis à relever, le « tandem » pourrait faire les frais de cette dichotomie. J’ose croire qu’il n’en sera rien et éternel optimiste, comme la majorité de mes concitoyens j’espère, je « leur » fais encore confiance…

Commenter cet article

antoine 28/11/2006 20:27

merci john c'est vrai que ca me parait intéressant comme analyse...General pourriez vous faire un article sur la place de la défense francaise dans le contexte mondial actuel?A très vite

John 28/11/2006 20:23

A propos des élections, j'ai trouvé une analyse assez pertinente qui compare point par point ce que l'on sait déjà des programmes de Nicolas Sarkozy et de Ségolène Royal.On peut y voir ce qui les rapproche et ce qui les différencie radicalement. C'est plutôt intéressant, ça se passe là : http://ulfablabla.free.fr/

A.C 27/11/2006 20:53

oui remettezvous à l'écrire ca vous réussit tellement bien!!!bonne continuation,en attendant les prochains articles...

Thierry P. 25/11/2006 11:26

Cher Emmanuel,Je ne sais que trop que tu disposes de peu de temps à consacrer à ton blog. Tu manques beaucoup à l'armée. Mais je crois savoir que tes nouvelles fonctions te permettent de parachever tes brillantes et courageuses initiatives.Comme beaucoup, j'espère beaucoup des prochaines échéances. Mais tes questions restent ouvertes... A quand un nouveau livre de ta plume?Fidèlement,T.P.

TATIN 24/11/2006 09:08

Quand une machine ne fonctionne pas, il faut savoir d'ou viens la panne. Les politiques le savent. Le seul problème est que les réformes très profondes qui devraient êtres prisent en France risquent de faire mal. Alors qui aurra le COURAGE. J'espère voir un sursaut national, on peut toujours rêver. Respectueuses SALUTATIONS. Patrice TATIN ( TOULON 83 )