Le Général blogueur- La Croix

Publié le par Général de Richoufftz


"Emmanuel de Richoufftz, Général-blogueur"- par David Even dans le journal La Croix


En pleine cacophonie autour de la réforme des armées souhaitée par Nicolas Sarkozy, une voix se fait de plus en plus entendre grâce à Internet, celle du général Emmanuel de Richoufftz


Depuis février 2006, le général Emmanuel de Richoufftz, désormais retraité de l’armée et salarié du privé, utilise Internet pour « communiquer avec les autres ».

Seul haut gradé à avoir un blog en France, il se présente comme un homme d’action – il a participé à de nombreuses opérations en Irak, en Afrique ou encore en Bosnie –, et aussi comme un homme de réflexion qui veut « partager sa vision de la société et proposer des solutions aux défis de demain ».

Rares sont les militaires à prendre la parole en public et donner leur point de vue sur l’armée ou la société, droit de réserve oblige. Pourtant Emmanuel de Richoufftz, habitué des médias, surnommé le « général des banlieues » du fait de son engagement sur cette question sensible, n’hésite pas à dire ce qu’il pense.

Le général-blogueur préfère le réalisme et l’argumentation pour expliquer qu’il est favorable à la réforme de l’armée de la « petite puissance » qu’est devenue la France. Il n’hésite pas non plus à monter au créneau pour démonter point par point la tribune d’officiers anonymes critiquant cette réforme qui fut publiée dans Le Figaro le 19 juin dernier.


"Des blogueurs sérieux"

Une centaine de personnes se retrouvent chaque jour sur son blog pour débattre. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les internautes sont inspirés avec des messages parfois plus développés que les billets bimensuels du général.

À sujets sérieux, réponses sérieuses, se félicite Emmanuel de Richoufftz qui connaît bien ses lecteurs, autant d’hommes que de femmes, dont quelques anciens frères d’armes.

Le général ne compte pas s’arrêter là et réfléchit « en famille », avec son fils, à la manière dont il pourrait développer sa présence sur le Web. Dès septembre 2008, on devrait pouvoir voir les premiers changements avec davantage de multimédia et plus de collaborations.



Publié dans Médias

Commenter cet article

Xavier Moreau 30/07/2008 10:15

Mais que faut-il maintenant comprendre dans cette réorganisation, cette « concentration en bases de défense », cette recentralisation des forces sur le territoire national ? (texte en résumé d'une étude demandée par le MoDem)Après avoir donc modifié d’importance et très hâtivement le schéma des armées, passant ainsi d’une conscription assez désuète il est vrai, à une professionnalisation « au rabais », procédé déjà à de nombreuses dissolutions d’unités, et autres coupes rases des effectifs et des budgets en général, voilà que le rythme s’accélère encore ! Tout comme le ressentent en effet les élus et surtout les acteurs économiques locaux les plus directement concernés, les militaires souffrent « plus encore »…Et en tous les cas, toutes ces très nombreuses familles, qui, conjoints et enfants doivent partager les aléas du métier des armes (missions de courtes durées et absences répétées, mutations souvent aléatoires avec leurs lots inhérents de difficultés liés au travail des conjoints, à l'écoledesenfants, au logement et à l'équilibre familial en général...). Sans oublier tous ces militaires qui veulent encore croire et garder foi en leur(s) mission (s) ! Une question ou plutôt un dilemme se présentent à eux : comment faire « plus » avec encore « moins » de moyens en personnels, en matériels et dans l’expectative, de ne pas être beaucoup mieux considéré, aujourd’hui comme hier, dans ce qui souvent, présente un véritable « parcours du combattant » de devoir chercher sa place dans le société française ? Cela bien souvent, au risque de chercher à vouloir « cacher sa profession », autant dire son sacerdoce et dès qu’il quitte l’uniforme pour revêtir son costume de citoyen ! Car les efforts se font déjà anciens que de nouveaux apparaissent toujours et que rien ne permet d’envisager avenir plus radieux, pour ces militaires et leurs familles ! En aparté et à Carcassonne, pourquoi par exemple, le « Famas » du sergent ne détenait-il pas de « bouchon de tir à blanc », pourtant équipement obligatoire en vue d’un tel tir, d’exercice en l’occurrence, et qui aurait bien sûr permis une détérioration irrémédiable et définitive du canon ; empêchant de fait, les munitions de continuer à être percutées et à finir leur course dans la population ? Un tel niveau de professionnalisme n’étant plus à démontrer pour cette grande unité qu’est le 3e Régiment Parachutiste d’Infanterie de Marine, en premières lignes sur la plus part des théâtres d’opérations extérieurs, ne serait-ce pas là une causalité des dysfonctionnements occasionnés par de profonds changements et répercutés dans les rangs ? Enfin, nos gouvernants n’en ont-ils pas terminés de toujours réagir dans l’urgence, pour ne pas mieux appréhender les réformes et pour prévoir, à minima et à plus ou moyen terme, les mesures de substitution sociales et économiques que les personnes, les familles militaires en tout premier chef (logement, école des enfants, travail des conjoints…) et les régions sinistrées, par les fermetures d’unités et de casernes, ne manquerons pas de connaître ? Techniquement cette réforme est essentielle pour que notre armée, et j’écris volontairement « notre et pas nos » armées, car il faudrait aussi changer cela et trouver davantage de synergie, pour préparer la vraie modernisation de « l’outil militaire ». Rapprochement tant d’un point de vue organisationnel qu’opérationnel et des différentes composantes de ce, qui ne devrait plus être perçue aujourd’hui, comme un outil de « défense » mais différemment, comme une alternative au dangers nouveaux, d’un monde aux déploiements géostratégiques différents de ce que nous avons connu jusqu’ à présent, et pour résumer encore ! Car et n’en déplaise à Bismarck et à Alexandre de Marenches qui disaient « De toutes les données qui composent l’histoire, la géographie est la seule qui ne change jamais » les géographies changent bien, car et au-delà des nouvelles et toujours plus perfectionnées technologies, les communications dépassent à présent les voix de communication elles-mêmes. L’espace planétaire se réduit d’autant que la vitesse le dépasse et que le temps pour la réaction se réduit avec lui ! Création de 85 bases de défense sur le territoire de l’hexagone et outre-mer ! "La création de bases de défense est une des mesures clé de la réforme actuelle des armées. Elles permettront de regrouper les fonctions de soutien et d’administration des unités situés dans un rayon de 30 km et de réaliser ainsi des économies en mutualisant les moyens. A terme, c’est à dire en 2014, 78 bases de défense seront créées en métropole et 7 en outre-mer. Les voici : Agen, Angers, Angoulême, Annecy, Apt, Avord, Bayonne, Belfort, Besançon, Bordeaux, Bourges, Brest, Orléans-Bricy, Brive-la-Gaillarde, Calvi, Carcassonne, Castres, Cazaux, Chambéry, Charleville-Mézières, Chaumont, Cherbourg, Clermond-Ferrand, Coëtquidan, Cognac, Colmar, Creil, Dijon, Draguignan, Epinal, Evreux, Gap, Grenoble, Haguenau, Istres, La Valbonne, Laudun, Le Mans, Lille, Lorient, Luxeuil, Lyon, Mailly-le-Camp, Marseille, Mérignac, Metz, Mont-de-Marsan, Mont Verdun, Montauban, Montléry, Mourmelon, Nancy, Nîmes, Orange, Orléans, Paris, Pau, Phalsbourg, Poitiers, Rennes, Rochefort, Saint-Dizier, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Maixent-l’Ecole, Salon-de-Provence, Saumur, Solenzara, Strasbourg, Tarbes, Toulon, Toulouse, Tours, Valence, Vannes, Vélizy-Villacoublay, Verdun, Versailles, Vincennes, Martinique, Guadeloupe, La Réunion, Mayotte, Guyane, Nouvelle-Calédonie, Polynésie."Mais voilà et pour venir clore cette première ébauche d’étude, que va-t-il advenir de la « solidarité nationale », si tenté qu’il en reste encore quelque chose, à une époque où l’individualisme semble prendre le pas dans notre société ? Et quand malheureusement, ne manquerons pas de surgir, catastrophes naturelles et autres incidents qui jetteront des populations entières dans la précarité…Qu’aucun militaire ne sera plus « disponible dans l’immédiateté et l’urgence », pour venir au secours des plus démunies et des sinistrés ? Car ne l’oublions pas, l’Armée, de tous temps et au-delà de sa principale mission qui est de se préparer à la défense de la Nation, a toujours contribué à l’effort de solidarité nationale. Qu’en sera-t-il encore demain et dans le cas de grands incendies, de problème sanitaire important, de tempête plus forte encore qu’en décembre 1999 ou de cyclone plus puissant qu’Hugo en Guadeloupe en septembre 1989 ? Certains hommes doivent veiller à la sécurité pour que d’autres puissent dormir en paix !

boileau 28/07/2008 19:55

Nous sommes d’accord sur la nécessité d’une société française aussi bien dans sa peau que possible; à cet égard l’action  du Général de Richoufftz ou d’autres actions qui créent ou recréent du lien social sont fondamentales. L’action de la République laïque ( mais sans intégrisme laïc) doit se poursuivre et montrer au monde qu’il est toujours possible de resserrer les liens sociaux et de créer une société juste et équilibrée, avec un vrai enseignement qui évite “l’abêtissement” que vous dénoncez. Cela n’interdit pas l’engagement international de la France, qui n’est  plus gaulliste, certes, mais pourrait le redevenir   ( gaulliste signifiant pour moi adaptée au monde réel). Quant à la recherche, elle est indispensable pour éviter des ruptures technologiques qui pourraient être fatales pour le pays en cas de fortes tensions ou d’affrontements; ses retombées sur l’économie nationale seront toujours les bienvenues. Tout ceci exige les restructurations annoncées et le maintien de l’effort de défense du pays. Quant aux actions du Général de Richoufftz sur son blog et au-delà, elles éclairent et continueront d'éclairer les nécessaires débats qui ne manqueront pas de se développer au cours des mois et années à venir.Général Michel Boileau

Lepen 25/07/2008 12:47

Bonjour, si vous me le permettez, je vais rebondir sur un point de votre dernier commentaire, dont je partage l'esprit d'indépendance:On va déjà s'entendre sur votre raison d'être, qui n'est pas de faire des ronds dans l'eau, faire les cons en Irak, ou remplir les comptes de nos armuriers (dans ce cas là, l'apport à notre développement économique, il est tout simplement nul, ce sont des dépenses à fond perdu, on en a pas besoin loin de là); l'objectif, c'est de défendre de manière effective notre indépendance et de servir les intérêts du peuple français.Ce n'est pas tant de dépenses en matériel supplémentaire dont notre pays a besoin pour préserver son indépendance; mais d'une réorientation de ses efforts pour ... Combattre là où l'issue finale se décide. Ou ça ? Au coeur même de notre société, pas à... traquer les "talibans"...La guerre moderne, à l'époque du feu nucléaire, ne consiste plus forcémment à "envahir" frontalement un pays que l'on désire soumettre, à la manière de Napoléon Bonaparte, mais de manière plus perfide, à soudoyer ses responsables, corrompre ses valeurs, pour qu'à terme, il implose de lui même de l'intérieur, laissant le champ libre pour investir le terrain; comme ce qui s'est passé en Ex-Yougoslavie, comme ce qui se dessine pour notre pays.Si on veut -vraiment- combattre pour son pays, il "suffit" de se transporter sur ces nouveaux terrains où le dévouement pour sa nation n'est récompensé par aucune médaille, aucun avancement, aucune reconnaissance officielle; il faut le savoir.L'enjeu, il consiste à créer du lien, c'est ce qui déterminera l'essor ou l'effondrement de notre pays. Il ne faut pas se contenter de "revenir en arrière", vers des fondements qui n'ont pas résisté à l'évolution du terrain aux stratagèmes de dissenssion déployés par l'adversité; mais inventer, essayer, occuper le terrain avec des dispositifs concrets permettant d'infléchir la dissolution qui s'observe parmi les plus jeunes générations et pas seulement des "quartiers" (replis identitaires, banalisation de la violence, baisse du niveau scolaire...).Lorsque le Général de Richoufftz s'implique pour l'alphabétisation de nos jeunes, pour élargir leur registre lexical, leur proposer un cadre de vie qui les réhabilite dans leur dignité,dans leurs talents et compétences, il contrecarre directement cet abêtissement mondial régenté par une administration américaine pour laquelle chaque citoyen du monde se réduit à un consommateur avec un estomac prolongé d'un sexe au bout.Elle est là la véritable dissidence. Et combattre, c'est à dire inscrire ses efforts dans une optique de progrès, c'est à l'heure actuelle être forcémment dissident. Je vais vous dire, Michel, lorsque le Général de Richoufftz parle de "petite puissance" pour la France, il se montre en fait trés magnanime, notre France indépendante, au service de valeurs humaines, elle n'existe plus depuis la mort de De Gaulle, si on considère qu'elle ait existé un jour. Soit on se contente du "plaisir de se bagarrer" avec la sécurité de l'emploi, soit chacun décide, à sa mesure, d'inscrire sa destinée dans ce devoir de combattre que vous dicte sans doûte déjà votre conscience si vous analysez objectivement la situation présente.A mon avis, entre la bagarre rétribuée et le Combat, on ne peut pas mélanger les deux, il faut à un moment choisir son camp.Bien à Vous.Lepen.

boileau 25/07/2008 11:20

Mon cher Général,Si je suis d'accord sur vos analyses concernant le livre blanc et les nécessaires restructurations des armées, je le suis beaucoup moins sur votre insistance à présenter la France comme un petit pays. ce n'est pas en effet uniquement par les seuls critères de population et de superficie que se mesurent les capacités de la France mais aussi par l'intelligence de sa population, ses compétences scientifiques et techniques, sa capacité d'analyse du monde et sa volonté de peser sur celui-ci pour que l'Homme s'y sente toujours mieux...alors la France n'est pas si petite que vous le dîtes trop souvent. Il est vrai que le souhait de beaucoup de la voir se fondre dans une fédération, pourrait la conduire à se "rapetisser" s'il se réalisait; mais heureusement nous n'en sommes pas là! Donc d'accord pour qu'enfin nos armées s'adaptent au monde réel et permettent à la France de disposer des capacités de dissuasion, de projection et de protection pour y peser de tout son poids; oui au renforcement des capacités de renseignement et d'autonomie de décision; oui aux coopérations en Europe, mais pas seulement, en particulier pour l'espace et le transport stratégique. Un dernier mot pour faire court: il ne faut pas baisser la garde sur le niveau du pourcentage de PIB consacré à la défense et à l'intérieur du budget de la défense sur le niveau du pourcentage consacré à la recherche; car non seulement celle-ci permet de nous doter des matériels et services adaptés mais participe au développement économique du pays.Général Michel Boileau