Coup bas pour un coup dur!

Publié le par E.R.

J’observe, sans déplaisir, que vous êtes nombreux à vous sentir concernés par ce que ma petite équipe et moi avons mené dans un certain nombre de nos banlieues depuis près de 10 mois maintenant. 

J’observe également que plusieurs internautes sur d’autres blogs (mal informés ou mal intentionnés ?) ont une vision quelque peu critique en ce qui concerne les « résultats » obtenus… Le verre est-il à moitié vide ou à moitié plein ? Je ne me risquerai de contredire les éternels pessimistes ou ceux qui estiment qu’avec moins de 100% on ne peut pas parler de succès.  A tous ceux–là je dis : avez-vous une claire idée des difficultés qui sont le quotidien de ces jeunes adultes auxquels nous offrons un espoir?

Pour ceux et celles qui connaissent la véritable situation de cette jeunesse en quête de citoyenneté, c'est-à-dire maîtriser la langue de Racine, entrer en entreprise afin de pouvoir bénéficier de l’ascenseur social « comme tout le monde », enfin avoir une référence historique – surtout lorsque l’on a pas d’ascendance « gauloise »- pour être Français à part entière, je crois pouvoir dire que même 25% serait un « score » inespéré. Nous sommes largement au dessus de ce chiffre et c’est tant mieux ! (cf. article « opération 105 permis »)

Certes il eût été plus facile de ne « recruter » que des bons élèves afin que les statistiques approchent le chiffre mythique de 100. Ainsi aurions nous coupé l’herbe sous le pied des éternels détracteurs et autres sceptiques; c’était mal nous connaître ! Donner leur dernière chance, sans doute, aux moins favorisés d’entre eux, en étant à la fois lucide quant au résultat final nous semblait aller de soi : ne pas tricher avec la réalité… Je puis vous assurer que c’est un sacré succès collectif ; alors tant pis pour les oiseaux de mauvais augure !  

Publié dans Projets de Société

Commenter cet article

Alceste 16/03/2006 17:53

Marc, c'est le propre de l'idéologie issue de chrétienne que de faire croire que la stigmatisation et la hiérarchie sont des valeurs néfastes.
Tu dis que rien ne peut être construit sur la stigmatisation ? Et que fais tu des centaines de milliers d'années d'évolution humaine ?! Je te conseille de lire René Girard, qui décris très bien la fonctionnalité de la victime emissaire dans les peuples humains, et qui n'a comme seul défaut que de promouvoir son dépassement par le christianisme (mais là ça devrait te plaire, vu ton point de vue).
Il est evident qu'il n'y a pas de noble sans ignoble.
D'ailleurs il y a un bouc émissaire dans la société française présente : le jeune homme blanc hétéro et assertif ! Je trouve cela de légitimité plus que douteuse, braquons donc la stigmatisation vraiment hors de là et sur les racailles et les impérialistes musulmans, par exemple.

St michel 16/03/2006 14:51

Non Emmauel de Richoufftz n'est pas un militaire atypique , il perpétue la tradition de l' Armée d' Afrique : cohésion , fraternité , sérieux , efficacité , .... Autant de valeurs qu'il partage au quotidien avec de nombreux cadres de l' Armée de terre , que ce soit les sous- officiers des régiments de mélée , que leurs officiers dans leurs régiments et dans les brigades .
Le problème est que dans les états major parisiens , proche du pouvoir politique où le correct est de mise , un général qui a découvert par lui même et en avance de quelques mois le mal des banlieues , même s'il a rendu compte, se trouve en porte-à-faux , par rapport à sa hiérarchie suprême , qui n' a pas su l'utiliser dans un rôle où pourtant l' Armée de Terre excelle : la cohésion sociale .
Et bien évidemment la presse en a fait une vedette , alors qu'il n'a fait que son travail de serviteur de l' Etat .
Saint - Michel
 
 
 
 

Marc Antonini 16/03/2006 11:38

Sauf votre respect mon général, j'aimerai répondre à Alceste...Je crains que tu n'ais pas très bien compris le projet défendu sur ce blog. En me rendant sur les différents liens presse et en ayant lu les articles du blog sur le sujet (contrairement à d'autres apparemment...), j'ai pu constater que cette action ne coûtait quasi rien aux contribuables. Et c'est même peut-être l'une des raisons pour laquelle le projet n'a pas été plus défendu politiquement! On sait bien que dans ce pays, si un ministre n'annonce pas de gros chiffres, il a peur d'être pris pour un inactif!Alceste, tu parles d'une époque révolue... Mais le monde a changé. La richesse du projet est justement qu'il est basé sur le sens de l'effort et de la volonté. Un projet de société fondé sur la stigmatisation ne donnerait vraisemblablement rien. Je te sens un peu amer, et j'espère que tu piocheras çà et là de bonnes doses d'optimisme. Le travailleur français peut garder la main tendue sans en être victime, mais plutôt fier.Il faut y croire. Tes réflexions me semblent bien apocalyptiques et bien loin de la réalité. Ce sont des réussites comme celle portée par Emmanuel de Richoufftz qui te donneront bien vite tord.Bonne journée Alceste et vive la France la tête haute et le regard tourné vers l'avenir!Marc A.

Alceste 15/03/2006 23:47

Je pense que l'on participerais bien plus à l'intégration structurelle en établissant la stigmatisation systématique de ceux des exclus qui sont nuisibles à la société plutôt qu'en allant les chercher et les mettre dans des programmes de formation couteux (au frais du travailleur français, vache à lait de toutes les lubies bobos) en expliquant à tout le monde qu'ils sont des gens biens.
Sinon, comment ce fait-il qu'avant l'anti-xénophobie les immigrés s'assimilaient à marche forçée et que maintenent l'irrédentisme islamique ou tiers-mondiste est la norme dans toutes les communautés immigrées exo-européennes ?

Etienne V. 15/03/2006 16:32

Voilà qui est bien dit.
Toutes mes félicitations, mon général, pour votre courage et votre dévouement à l'avenir de la jeunesse de la nation française,hélas en manque de repères actuellement.
J'espère que les difficultés, de quelque ordre qu'elles soient, n'empêcheront pas le plein succès de votre projet dans l'avenir.
Avec tous mes enouragements,
Etienne V., un jeune qui aime la France