Paroles ?

Publié le par Général de Richoufftz

Enfin ça y est ! Les élections municipales et la désignation des conseils généraux ont pris fin, et les équipes sont en place. Je dois dire que le niveau des interventions pendant toutes ces semaines, les prises de position des uns et des autres sur notre échiquier politique, les attitudes de nombre de candidats comme les déclarations des « perdants » et des « gagnants » n’ont guère fait grandir la démocratie. Suis-je sévère pour nos représentants issus des urnes, qu’ils aient des responsabilités nationales ou locales? Je ne sais. Ce dont je suis sûr, comme tant d’autres dans ce pays, c’est que rien ne semble avoir été véritablement traité au fond depuis un an, en dépit des assurances prodiguées et des certitudes affichées. Les soucis quotidiens du plus grand nombre comme la résolution des problèmes au jour le jour paraissent avoir fait pièce aux velléités de réformes, les ambitions personnelles sous-jacentes et les rivalités de personnes, exacerbées par les médias, ont été autant de contraintes supplémentaires, quant aux manifestations de mécontentement, observées ici et là, des motifs supplémentaires de reculade.

Pour autant est-ce que la fin de cette parenthèse électorale signifie un retour à l’action au mieux des intérêts de la collectivité nationale ? Lutte contre le chômage, sécurité, plan d’égalité des chances, sécurité sociale, réforme hospitalière, refonte du code du travail, réforme judiciaire, Europe, Défense, réforme de l’Etat, plan banlieues, diminution du nombre de fonctionnaires, réforme de Education Nationale, révision de la loi électorale et du cumul des mandats, suite du Grenelle de l’environnement, ferroutage, sont quelques uns des « grand chantiers » qui nous attendent…Et je n’évoque pas le mille-feuilles administratif d’un autre temps, autre exception française, auquel nos édiles répugnent à toucher ! Pour parler clair, il y a du pain sur la planche !

Connaissant un peu nos institutions pour les avoir côtoyé des années durant, conscient de la force d’inertie dont sont capable nos administrations dès lors qu’il s’agit de se remettre en cause, même à la marge, sachant que l’intérêt collectif, bien souvent en France, s’efface devant l’individu, jugeant que le temps « utile » pour conduire les réformes, un quinquennat, est compté et que le poids de l’Europe se fait désormais sentir dans tous les domaines de notre vie de citoyen, je juge l’entreprise - réformer - non pas hors d’atteinte, mais complexe à conduire.

Ne nous voilons pas la face ! Seul le résultat comptera si nous ne voulons pas être à la traîne des pays développés, acceptant en outre des déficits incompatibles avec le rang que nous souhaiterions encore tenir dans le concert des nations. A force d’attendre et de se donner bonne conscience avec des échéanciers politiques qui reculent encore l’instant de relever ces défis salvateurs, nous pourrions être amenés à entonner une chanson célèbre du répertoire de la regrettée Dalida : « Paroles, paroles… ».

J’ose croire que le réalisme prévaudra et que nous serons au rendez-vous de l’histoire dans les temps.

Commenter cet article

verdu 04/04/2008 19:26

y me meoy me meo todo entero

Richard Feeser 01/04/2008 09:07

Cher acamarade,
Je découvre que tu n'as rien perdu de ta pugnacité ni de tes rêves, ni de ton courage à dire les choses. Notre pays est d'un conservatisme gelé et sclérosant qu'il faudra sans doute briser par un nouvel élan révolutionnaire (là j'y vais peut être un peu fort) pour que la roue tourne et que les ressources soient un peu mieux réparties. Ton inquiétude en tout cas t'honore et j'espère qu'elle s'appliquera à analyser les évolutions à la baisse de notre outil de défense, vers où?Bonne journée et ravi d'avoir détecté ton blog.R. Feeser (retraité de l'aviation)   

Philippe FOUQUET 31/03/2008 09:40

Mon Général,Je partage cette analyse post électorale et vous livre à mon tour mes impressions :Sur la campagne tout d'abord , j'ai vu dans la ville qui est au centre de la communauté de communes où je réside , une marche vers la mairie, le soir du deuxième tour. Une sorte de prise de la bastille pacifique mais lourde de symboles. On vient sinon couper des têtes, du moins prendre un pouvoir avec la morgue des vainqueurs. Je trouve cela pitoyable de bassesse .Ces mêmes édiles ont promis de raser gratis demain et de livrer au peuple le souffle du renouveau, comme si avant eux il n'y eut que le néant, le chaos. Quelle modestie...J'attends maintenant de voir, comme beaucoup d'entre nous, en ayant depuis longtemps remisé mes illusions au placard.Pour ma ville et pour mes concitoyens, j'espère seulement que des actions concrètes et durables verront le jour.Un ancien de la 3.
 

Jacques Heurtault 30/03/2008 15:10

Moi aussi, j'ose croire ... Des raisons d'espérer et la volonté d'entreprendre! Mais le peuple français est profondément rétif aux changements ...