Aider des jeunes qui veulent l'être: "Opération 105 permis."

Publié le par Emmanuel

            Aider les jeunes à aller vers l’emploi, particulièrement les plus démunis, est une priorité affirmée depuis des décennies par les plus hautes autorités politiques en charge de l’Etat ou des collectivités territoriales. Pour nos armées, désormais professionnelles, engagées sans relâche dans des opérations extérieures, il s’agit de ne pas s’exclure de la nation dont elles sont l’émanation. 

En effet, assimilées à un corps expéditionnaire elles risqueraient d’être progressivement coupées de la collectivité nationale. La question fondamentale me paraît être : l’armée de la Nation est-elle encore dans la Nation ?
C’est la raison pour laquelle, au poste de responsabilités qui est le mien depuis plus de deux années maintenant et sans attendre la crise des banlieues, nous avons entrepris d’intégrer un certain nombre de jeunes en grande difficulté avec l’opération « 1 permis, 1 emploi », qui peut apparaître une des plus innovantes dans ce domaine. Par cette action à la fois originale, volontariste et emblématique, je souhaitais prouver que les armées -et l’armée de terre en particulier- étaient également soucieuses du sort de nos concitoyens et capables de participer, à leur manière, à la lutte contre le chômage tout en donnant ou redonnant du sens à l’action collective.
Avec le recul de presque dix mois et l’expérience acquise je puis confirmer le bien fondé de cet « engagement social » qui me conforte sur notre rôle de « rassembleur » ainsi que le renouveau du lien que les armées  ont tissé avec nombre de nos concitoyens au cours de cette opération. 
L’opération « 105 permis » est avant tout un projet simple qui vise à permettre à un certain nombre de garçons et de filles, issus de banlieues et de milieux défavorisés, de se mettre dans les conditions d’accéder à un emploi peu qualifié, du moins dans un premier temps, tout en acquérant le permis de conduire : son obtention apparaît comme un véritable sésame pour accéder à l’entreprise. Cette opération n’est pas pour l’armée de Terre une opération de recrutement : les jeunes gens retenus  n’auraient pas eu les capacités requises pour intégrer les armées. Toutefois, ceux qui le désiraient ont pu faire acte de volontariat pour souscrire un engagement comme réserviste opérationnel.
Ni l’emploi ni le permis ne sont octroyés. Ils sont gagnés dans le cadre d’un parcours de citoyenneté , d’une durée de six à neuf mois – en fonction des individus et adapté à la personnalité de chacun- fondé sur le volontariat, le travail et l’effort.
Ce cursus s'adressait à des garçons et des filles âgés de 18 à 30 ans (50% de féminines) qui devaient satisfaire aux critères suivants :
  • -être de nationalité français,
  • -être apte médicalement à suivre une préparation militaire,
  • -avoir suivi la journée d'appel et de préparation à la défense (JAPD),
  • -avoir un niveau scolaire correspondant au 1er cycle de l'enseignement secondaire,
  • -être volontaire.
  • Cette première expérience s’est adressée aux jeunes gens domiciliés dans les départements 78, 91 et 93 ( 11 sites au total).

Les acteurs

Pour mener à bien cette opération et assurer son succès, de nombreux partenaires ont été sollicités:

  • -la réserve citoyenne qui pilote cette opération. Elle regroupe des hommes et des femmes volontaires et bénévoles -nombreux étant des acteurs économiques dans la région parisienne- qui sont des relais dans la communauté nationale et qui oeuvrent ainsi au développement de la citoyenneté et de l’esprit de défense ;
  • -des associations, dont les préoccupations rejoignant celles de ce projet, ont souhaité s’associer comme partenaires, en particulier les missions locales d’Ile de France ;
  • -l’association « Carrefours pour l’Emploi », qui a organisé, entre autres « Paris pour l’emploi », fut le support juridique de ce projet ;
  • -un certain nombre d’entreprises ou institutions ont soit financé les permis (un total de 130) soit accepté, en plus, de proposer des emplois fermes à l’issue du cursus ;
  • -l’association « Solidarité & Jalons pour le Travail » , opérateur de la formation professionnelle depuis 25 ans, qui s’est donnée pour mission d’accompagner des publics jeunes et adultes en vue de favoriser leur insertion professionnelle, a pris en charge la formation au code et à la conduite ;
  • -enfin, le conseil régional d’Ile de France qui, à travers une convention, a financé pour partie les actions de formation des jeunes (291 heures en centre et 175 heures en entreprise) .  

Le déroulement

Commencée à la mi-avril 2005 pour une partie et à la mi-juillet pour l’autre cette opération s’est déroulée en 4 phases.

  • -La présentation du projet aux jeunes (sensibilisés par les réservistes locaux à la jeunesse et à la citoyenneté (RLJC), les travailleurs sociaux, les associations) aux familles et aux élus : il s’est agit de susciter des volontariats à hauteur de 130 candidats (correspondant à 130 permis de conduire rémunérés par les entreprises.
  • -L’apprentissage du code de la route et de la conduite, adapté au niveau de chacun est sanctionné par les examens code et conduite (possibilité de passer 3 fois les épreuves du code de la route et 2 fois la conduite). Avec l’avantage de disposer d’équipes « auto-école »  déployées sur les 11 sites.
  • -La préparation militaire, qui s’est déroulée durant la deuxième quinzaine de juillet au camp national de La Courtine, constitue une garantie pour les futurs employeurs de l’aptitude de ces jeunes à respecter la discipline, à être ponctuels et à fournir un effort physique. Une partie de l’encadrement de la préparation militaire a été fournie par des réservistes opérationnels montrant ainsi aux « jeunes » qu’être civil n’interdit pas de donner de son temps à la défense de son pays.
  • -l'action citoyenne de proximité, d’une durée de quinze jours, sous contrôle et dans le cadre d’une association ou d’un service municipal, a permis à chaque jeune de consacrer une partie de son temps au profit d’un programme social, humanitaire, caritatif, tourné vers la notion d’entraide. Elle a permis également à ces jeunes de prouver qu’ils sont capables de se comporter en adultes responsables et de se dégager de l’image parfois difficile qui est la leur 

 

Bilan provisoire au 22.02.06

103 jeunes sont encore engagés dans l’opération ;

92 ont obtenu le code ;

54 ont le permis complet ;

66 emplois offerts dont 47 contrats réalisés (85 fin mars en principe).

 

En dépit du succès reconnu de cette première expérience, celle-ci ne sera pas reconduite… Dommage !

Chers internautes, pour toutes questions ou précisions, je me tiens à votre disposition. N’hésitez pas à me contacter!

 

 

Publié dans Projets de Société

Commenter cet article

Alain COUPERIE 18/03/2006 09:09

Mon Général, Un internaute m'a fait découvrir votre Blg , et vos actions sur le terrain en faveur des jeunes et notre association nationale et moi-même vous adressons nos compliments et notre reconnaissance pour votre travail de terrain .
Avec nos respectueuses salutations
Alain COUPERIE  Président National ANT-TRN
 

manuel 04/03/2006 14:57

bravo pour ce que vous faites! Je trouve ca bien d'aider ainsi les jeunes

Stephanie 04/03/2006 10:21

J'ai participé avec mon école (Science-Po Bordeaux) à une semaine d'enseignement à l'IHEDN. Ayant eu vent de vos actions dans les banlieues dans la presse et sur les chaînes télévisées ("On a tout essayé"), j'ai sollicité sur ce sujet l'avis des officiers nous encadrant.
Ils sont restés quasi muets, ignorant tout de votre action. Ils m'ont simplement dit que MAM était très active dans les banlieues... Ah bon? Sentant bien que je dérangeais, j'aimerais aussi savoir pourquoi êtes-vous une sorte de "poil-à-gratter"? Et, mis à part dans les médias êtes-vous soutenus? 

louis 02/03/2006 15:40

bonne question en effet...

francois 02/03/2006 15:34

mon général, pourriez-vous nous expliquer pourquoi cette opération ne sera pas reconduite malgré ce succés incontestable?